Brittopedia’s Weblog

La Bretagne dans le monde anglophone/Brittany in the English-speaking world. Blog de Jean-Yves Le Disez, enseignant-chercheur (UBO-CRBC)

Posts Tagged ‘narration’

Un superbe livre illustré pour la jeunesse: The Runaway Sardine (1929)

Posted by brittopedia sur juillet 7, 2008

Voici un livre superbe, paru pour la première fois en 1929 et réédité 13 fois jusqu’en 1956.

L’auteure – Emma Lillian Brock (1886-1974). Américaine. Auteure de 36 ouvrages.

Pour en savoir plus sur l’auteure : http://special.lib.umn.edu/findaid/xml/CLRC-6.xml

Le contexteThe Runaway Sardine (1929) est le premier livre illustré de l’auteur.

Réf. bibliographique – Brock, E. L. (1956 (1929). The Runaway Sardine. Told and illustrated by Emma L. Brock (13th printing ed.): Alfred A. Knopf.

Résumé de l’ouvrage – Une sardine qui vit dans un baquet chez un vieux pêcheur et sa vieille épouse dans une ville au bord de la mer décide, en l’absence de ses maîtres, de s’enfuir et de retourner à l’océan. En route, elle croise toutes sortes de gens et de bêtes qui toutes veulent la manger. Elle parvient toujours à leur échapper, traversant la ville dans un sens puis dans l’autre. Arrivée au port, elle voit deux pêcheurs qui portent des paniers pleins de sardines, comprend le sort qui l’attend si elle retourne dans l’océan et décide de revenir dans son baquet où elle coulera des jours heureux. (jyld)

Une citation :

They [des crêpes] were as thin as lace and as crisp as sugar and bigger than the moon » (pas de pagination)

[Elles [les crêpes] était fines comme la dentelle, craquantes comme le sucre et plus grosses que la lune]

Commentaire – la narration joue sur la répétition (des deux phrases « what a fine sardine for my dinner! » et « he [la sardine] took his tail in his mouth and rolled out… ») avec de légères variations et un effet boule de neige : les éléments (personnages, noms de lieux, etc.), s’accumulent à mesure que la sardine traverse la ville (sans doute Douarnenez) puis sont repris dans l’ordre inverse quand, s’apercevant qu’elle s’éloigne de mer au lieu de s’en rapprocher, elle décide de faire demi-tour.

Rapport à la Bretagne : regard tendre et juste. Justesse et précisions des détail. A propos de crêpes, l’auteur mentionne le rozell, qu’elle appelle « spreader ».

Les illustrations : 27 illustrations, dont une, sans texte, occupant deux pages (scène de marché). Exceptionnellement belles, elles semblent inspirées des Seiz Breur. Trois couleurs : le noir (dessin), le jaune (moutarde) et le bleu.

Disponibilité – présent dans plusieurs bibliothèques américaines/sites de vente en ligne/coll. personnelle jyld.

Image – la photo de la couverture est parfois disponible sur http://www.abebooks.com/

Mon avis – mériterait d’être traduit. Je suis prêt à m’y essayer si un éditeur est prêt à trenter l’aventure !

Publicités

Posted in bibliographie, biographie, citations, Uncategorized | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »